Bref individualisme

Tocqueville décrivait par ces mots le devenir des sociétés démocratiques : “Je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme.” Y sommes-nous déjà ?

Ce contenu a été publié dans Plus vrai que vrai, Quoi ma gueule ?, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *